SOCIAL MEDIA

lundi 4 septembre 2017

Anxiété à bord

Crédit : eligagnon/Instagram

Vous m’excuserez mon silence des dernières semaines sur le blog; j’étais (et je suis encore à l’heure où j’écris ces lignes) dans un tourbillon de paperasse et d’attente interminable pour louer une chambre de façon plus permanente à Londres. 

Bonne nouvelle! J’ai finalement trouvé ma perle rare (celle dont je vous parlais dans mon dernier billet), mais ce n’est pas de tout repos. Lorsque j’ai visité l’appartement, on ne m’avait pas tout à fait informé qu’il y avait une agence de location derrière tout ça; j’ai donc dû débourser des frais de référence de 170 £ (en plus du dépôt de 760 £, sans parler du mois et demi de loyer à l’avance). On me demandait aussi mes informations bancaires, que je n’ai pas encore puisque toutes les institutions bancaires refusent de m’ouvrir un compte car je n’ai pas de preuve d’adresse. 


Crédit : Giphy

Bref, un beau cercle vicieux qui m’a donné des maux d’estomac et de l’anxiété à revendre. J’ai continué à faire des publications ici et là et beaucoup de stories sur Instagram pour compenser, mais j’étais une trop grosse boule d’angoisse pour pouvoir rédiger quoi que ce soit. J'espère que vous me pardonnez!

Heureusement, c’est presque terminé (envoyez-moi tout plein d’ondes positives!) et j’ai des amis en OR. En toute sincérité, je ne sais pas ce que j’aurais fait sans l’immense générosité de mon amie Véro et son copain Max. Je n’exposerai pas toutes leurs bonnes actions ici, mais sachez qu’ils sont comparables à des anges gardiens, rien de moins! 

Pour faire ça court, voici ce qui s’est passé durant les dernières semaines (et si vous n'avez pas trop suivi mes stories sur Instagram HA!) :

  • J’ai visité un total de neuf appartements différents (dont seulement trois étaient hygiéniquement acceptables).
  • J’ai eu un petit coup de coeur pour l’appartement dans lequel je vais éventuellement emménager, se trouvant à Clapham, au sud de River Thames.
  • J’ai cependant hésité entre deux autres chambres, mais quelque chose me ramenait toujours à l’appartement de Clapham.
  • Comme le destin fait bien les choses, les colocataires des deux autres appartements ne m’ont finalement pas choisi et ça n’a fait que confirmer que j’avais une bonne intuition!
  • J’ai donc décidé de maximiser ce petit problème d’hébergement et de me rendre en Écosse pour mes neuf jours sans domicile fixe.


Je suis présentement à Édimbourg et je quitte pour Glasgow demain! Je vous reviens avec quelques cocasses anecdotes de mon séjour dans la capitale écossaise sous peu!


Avez-vous déjà vous aussi rencontré un inconvénient que vous avez transformé en belle aventure?

Publier un commentaire